OGM : des consommateurs et des "citoyens" inquiets ? des paysans obscurantistes ? une recherche mercenaire ?

Anne Liebskind (AL) présente l'association OGM dangers et annonce plusieurs conférences généralistes et d'autres plus spécialistes(OGM et faim dans le monde, conservation de la biodiversité par les paysans, OGM et biopouvoir). Elle passe la parole à Nicole Thiers qui explique sa démarche dans le cadre d'ATTAC OGM, où des manifestants font signer une pétition, montrent des produits avec OGM et répondent aux questions. Elle a récolté 600 signatures.

AL passe la parole à Hervé Le Meur (HLM) qui, après avoir brièvement rappelé comment on fait un OGM, demande à René Riesel (RR) d'expliquer notamment comment il a été amené à faire des destructions de semences transgéniques, alors que c'est illégal.

- RR rappelle que ces destructions étaient des dommages à des biens et pas à des personnes. C'est donc un acte non violent au sens des non-violents indiens car il ne blesse personne. De plus, RR rappelle que ces actions ont été menées à visage découvert et par des paysans (ce qui enrichit le symbole par rapport à des éco-guerriers).

- RR (et ses amis de la confédération paysanne) avaient souhaité souligner que la Commission Européenne avait autorisé un OGM, alors que le Parlement Européen n'avait trouvé que 7 voix pour ! L'objectif était donc de souligner l'absence de pouvoir du Parlement élu par rapport à la commission nommée. L'objectif était également d'attirer l'attention sur l'autorisation par le gouvernement Jospin-Voynet de la culture de ces OGM.

- RR et ses amis souhaitaient aussi montrer qu'une société qui a acquis des moyens techniques, pouvait voir resurgir des tentations malsaines [eugénisme, contrôle des paysans, ...].

- Ils voulaient aussi montrer des dispositifs d'artificialisation de la vie (et pas seulement du " vivant ", terme qui est réducteur et présuppose des sous-catégories) et refuser l'organisation de la dépendance des paysans (hybrides, ...)

- Question dans la salle : Pourquoi les paysans ont-ils acheté des hybrides ?

- RR : Il y a collusion entre le syndicalisme d'Etat (FNSEA) et une vision très industrielle de l'agriculture (apparue avec la Libération). En plus, cette main-mise s'est accrue quand on a tenté de mettre en place un impôt sur les gens qui ressemaient leurs variétés. Cette bataille n'est pas finie. D'autres arguments peuvent être trouvés sous la plume de J.P. Berlan.

- Pour continuer de justifier les destructions, RR rappelle qu'ils ont fait attention à détruire des semences de tous les semenciers sauf Limagrain qui résiste encore sans distinction de nationalité.

- RR pense que ces mouvements ont été un échec car ils mettent en jeu trop peu de personnes. On peut rêver, ici, ou là, à un mouvement social, mais 400 personnes à Paris, ce n'est pas une réussite.

- RR n'est pas désespéré, mais il préfère analyser froidement le résultat de ces efforts et ne pas " se mettre la tête dans le sac " avec des demi mensonges.

- RR critique les consuméristes qui se trompent quand ils demandent un contrôle (comme le contrôle citoyen de l'OMC) car ils passent a coté de l'essentiel. Notre système les tolère et même les encourage car ils sont aussi un alibi.
- RR fait un parallèle avec la caravane indienne qui est passée en Europe, qui refuse l'OMC et ne veut pas plus de contrôle citoyen de l'OMC.

- Pour RR, ce n'est pas aux opposants de discuter d'arguments techniques car leurs oppositions ne sont pas d'ordre technique. Discuter de points techniques c'est admettre la prééminence de la technique sur nos propres raisons, que ce soit comme technique particulière de la transgénèse (et il ne reste alors plus qu'à discuter de pourcentages et d'étiquettage) ou comme technique en général dans la société technicienne (qu'il faut alors discuter dans ses principes).
- Par la destruction du CIRAD, on a enfin eu des réactions de scientifiques. En gros, ils répondaient qu'il étaient dans le droit car ils faisaient ce que leur disaient leurs supérieurs, que leur supérieurs étaient dans la légalité car ils ont leur mission de politiques élus par des élections démocratiques.
- RR insiste sur la nécessité de s'interroger sur les liens entre le progressisme social et le progressisme scientifique.

Plusieurs interventions dans la salle, qui étaient plutôt des commentaires personnels sauf :

- Un chercheur du CIRAD essaie, malgré des interruptions répétées et agressives, de défendre que le CIRAD poursuivait bien une mission de service public et que les collections de riz traitées [par irradiation ?] pour révéler l'action de gènes auraient servi à améliorer la sélection variétale.

- RR reconnaît ne pas comprendre pourquoi ces travaux serviraient en sélection variétale et non plutôt en transgénèse où leur utilité est claire. Il maintient que ces collections ont donc probablement plus une vocation biotechnologique que variétale.

- Un intervention sur les risques alimentaires à laquelle HLM répond qu'il a été prouvé que des gènes insérés dans des aliments donnés à des souris ont été retrouvés en liaison covalente avec les noyaux de cellules de plusieurs organes ... des petits de cette souris [Doerfler] !

Plusieurs autres interventions dont certaines étaient intéressantes, mais dont je n'ai pas gardé trace.

http://www.OGMdangers.org

T/F 01.43.73.49.49

>> entrée du répertoire Actions

> page d'accueil du site OGM dangers

> la page de notre moteur de recherches