Rencontres de Vendémiaire

La science contestée

9, 10, 11 octobre 2002 de 19h30 à 21h30 au 17 rue Léopold Bellan 75002 Paris Métro Sentier - Réaumur- Les Halles.

Mercredi 9 octobre 2002 (compte rendu) :

Christophe Bonneuil est rattaché au Centre Koyré d'Histoire des Sciences et des Techniques, membre de la Fondation Sciences Citoyennes

Etant donné la performativité sociale et politique de la technoscience, une société démocratique devrait pouvoir choisir collectivement les techniques dont elle veut se doter et les savoirs qu'il lui semble souhaitable d'acquérir.
Pour que ces choix ne soient pas le seul fait des logiques technicistes ou mercantiles, une stratégie consisterait notamment à redistribuer les capacités de production des savoirs et d'expertise, actuellement monopolisées par l'Etat et les firmes, vers les contre-pouvoirs citoyens
(exemple, la Criirad). Une autre (partagée par de nombreuses ONG écologistes) consiste à établir, dans différentes luttes, des convergences avec une partie de la communauté scientifique et technique (par exemple les disciplines les moins réductionnistes) contre d'autres parties (par exemple
celles qui sont liés à des intérêts et des valeurs mécanistes ou marchandes).

Ces stratégies sont-elles pertinentes ? Ou bien renforcent-elles au contraire le statut et le pouvoir de la science par défaut de critique de celle-ci à la racine ? Traduisent-elles une dérive vers des schèmes scientistes (dont certaines pensées écologistes, dès les origines, ne sont pas exemptes)? Ulrich Beck l'a bien montré, dans nos "sociétés (industrielles) du risque", la contestation accrue de l'expertise et la science s'accompagne dialectiquement d'un recours toujours plus intense à celles-ci (d'où l'erreur profonde de ceux qui hurlent à l'obscurantisme et aux "vandales").
Il suffit de regarder la dynamique de controverses récentes (Vache folle, sang, OGM...) pour se convaincre de cette tension majeure. Dans ce contexte, certains craignent, avec les organisateurs de ces débats, que les stratégies envisagées ci-dessus (tiers secteur scientifique, alliance avec des scientifiques pour critiquer certains développements technoscientifiques) ne contribuent qu'à maintenir intact l'autorité des discours scientifiques dans l'espace social, voire à "scientifiser" la politique. Mais ces stratégies (et les controverses qu'elles stimulent) ont aussi pour effet de politiser la science, en révélant à quel point tout objet technique et tout savoir scientifique incorpore des valeurs, des intérêts et des visions du monde méritant débat. Peut-on alors ouvrir la boite à outil et veiller à ce que la quête de savoirs et l'innovation incorporent dès le départ des valeurs et des préoccupations multiples et collectivement élaborées?

Armand Farrachi est auteur de Les Ennemis de la Terre (Exils), les Poules préfèrent les cages (Albin Michel). Militant associatif pour la protection de la nature et de la faune sauvage, co-fondateur de la Convention Vie et Nature pour une Ecologie Radicale.

LA SCIENCE COMME IDEOLOGIE
Résumé
Associer, comme l'ont fait les Lumières, la science au bonheur c'est déjà la constituer en idéologie. Aussi, dès son premier texte, Rousseau dénonce ce rapprochement dans une critique qui garde aujourd'hui sa légitimité. La rationalité est déjà une forme de domination, en particulier contre la nature. Elle entraîne avec elle des concepts idéologiques qui passent pour des vérités scientifiques : par exemple : le progrès est inéluctable, il n'y a pas d'alternative au développement, la vérité se passe de la morale et de la sensibilité, la fin justifie les moyens, la nature n'est qu'un objet à transformer, tout ce qui peut être fait doit l'être, ce qui est bon pour la science est bon pour l'humanité, etc.
Le rôle qu'on fait jouer à l'expertise montre qu'il n'y a pas de séparation entre la Science et l'Etat (ou plutôt le pouvoir). La science pourrait parfaitement justifier un pouvoir absolu des savants sur les non savants comme une nouvelle forme de despotisme éclairé.

Jeudi 10 octobre 2002 (Compte rendu)

Présentation des interventions du GIET

Stéphanie Daydé est spécialiste de l'écologie des milieux méditerranéens. Elle est chargée d'études à la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature) et membre du GIET (Groupe International d'Études Transdisciplinaires).

Après une très longue période d'incubation, les sciences de la nature prennent réellement leur forme au XVIIe siècle. Ce sont les concepts en usage à cette époque qui continuent de structurer la science contemporaine et par là-même la société.
L'accélération aveugle de la capacité des technosciences à modifier la nature est ici analysée, et Stéphanie Daydé montre l'inadéquation de la science telle qu'elle est avec le monde qu'elle a contribué à créer. Il est clair, à la suite de ces analyses, qu'un changement conceptuel radical est nécessaire, et ce, très rapidement et ce n'est pas par un rejet de la science, par un retour à des modes d'être encore plus périmés (irrationnel, sectarisme, retour à la tradition etc.) qu'une issue viable pourra être trouvée.
Un autre mode de connaissance et d'action est à construire, et il s'agit là du plus grand, et du plus passionnant défi de l'histoire de l'humanité.

Frédéric Jacquemart est docteur en médecine, docteur ès sciences et ancien chercheur en biologie. Il est actuellement président du GIET et s'implique dans diverses associations de protection de l'environnement.

La technoscience triomphante s'affiche comme connaissance universelle. Pourtant, cette prolifération d'un certain mode de savoir cache des limitations majeures, et de différents types, dont, notamment :
- des limitations liées au langage scientifique : on ne peut parler que d'une partie nécessairement infime de ce qui peut s'énoncer ;
- des limitations liées à la complexité naturelle de l'objet, par rapport à l'objet scientifique ;
- corrélativement, des limitations liées à la nécessaire déformation de l'objet pour qu'il devienne objet scientifique.
Frédéric Jacquemart montre que ces limitations ne sont pas des contraintes externes éventuellement repoussables ou modifiables, mais sont bien structurelles, cosubstantielles à la science, fonctionnant, de plus, en boucle auto-amplificatrice et aboutissant à un réductionnisme ultraperformant mais nécessairement destructeur. On retrouve ici, à travers une autre approche, la nécessité et l'urgence d'une révolution conceptuelle introduite dans l'exposé précédent.

Vendredi 11 octobre 2002 (Compte rendu)

André Cicolella est chimiste de formation. Il travaille actuellement comme chercheur en santé environnementale à l'INERIS, Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques, où il dirige une unité d'évaluation des risques sanitaires. Il a conduit l'expertise sur les risques liés aux déchets de l'Erika. Il est à l'origine de la mise au grand jour du dossier des éthers de glycol, ces substances toxiques pour la reproduction massivement utilisées dans les produits à usage domestique et professionnel. Cela lui a valu d'être licencié pour faute lourde, du jour au lendemain, de l'INRS , l'Institut National de Recherche et de Sécurité en 1994 et de gagner tous les procès qui ont suivi, y compris en obtenant le premier avis de la Cour de Cassation reconnaissant l'indépendance des chercheurs en octobre 2000. Aujourd'hui, il contribue à la création de la Fondation "Sciences Citoyennes" qui se donne pour tâche de contribuer au débat sur l'indépendance de l'expertise et à la protection des lanceurs d'alerte, au développement de l'expertise citoyenne et à l'analyse critique des politiques publiques de recherche.

Bertrand Louart est menuisier et rédacteur du bulletin critique des sciences, technologie et de la société industrielle "Notes & Morceaux Choisis". http://netmc.9online.fr/
Je n'ai pas poursuivi mes études universitaires par dégout de l'enseignement des sciences, trop borné et stérile pour la pensée. J'ai donc poursuivi mes recherches de manière indépendante, ce qui m'a amené à la critique sociale. Je participe à l'opposition aux OGM dans la mouvance radicale autour de R. Riesel. Enfin, avec quelques amis nous essayons de préciser une démarche critique et expérimentale de réappropriation des arts, des sciences et des métiers afin de sortir de la société industrielle en dénonçant sa démesure et s'opposant à la dépossession qu'elle engendre dans tous les aspects de l'existence.

Un enregistrement des débats est aussi disponible.

>> entrée du répertoire Actions

> page d'accueil du site OGM dangers

> la page de notre moteur de recherches