Terminator

Qu'est-ce que c'est ?

Terminator désigne une construction génétique qui, insérée dans le génome d'un organisme (a priori plus une plante), fait que la graine se formera, mais sera stérile. La semence vendue n'est donc pas stérile, mais c'est sa descendance qui le sera.

La question FAQ aléatoire :

Qui l'a fait ?

Ce sont des chercheurs du secteur public américain du ministère de l'agriculture, en collaboration avec des chercheurs d'une entreprise américaine (Delta & Pine Lands). Mais, comme ailleurs, il n'y a pas les méchants américains et les gentils européens car toutes les grandes sociétés de biotechnologie disposent d'au moins un brevet sur une technique de ce genre. Bien sûr les techniques diffèrent selon l'entreprise. En tout cas, pour le principal brevet est possédé à moitié par le ministère américain de l'agriculture et Delta and Pine Lands.

Pourquoi stériliser les graines ?

« La pratique séculaire [millénaire en fait !] de sauvegarde des semences désavantage terriblement les agriculteurs du tiers-monde, qui se trouvent ainsi condamnés malgré eux aux variétés obsolètes pour n'avoir pas fait l'effort de cultiver de nouvelles variétés plus rentables.»
Harry B. Collins, vice-président chargé des transferts technologiques dans l'entreprise Delta and Pine Land Corporation.

Pour forcer de façon absolue les fermiers à racheter les semences au semencier. C'est bien ce que dit le PDG de l'entreprise en encadré ci-contre. Vous noterez qu'un chercheur de l'INRA qui travaille pour les OGM le contredit afin de promouvoir les OGM.Il ose même dire que ce brevet a été rejeté alors que le ministère américain de l'agriculture a même refusé d'en vendre la moitié pour garder les doigts dans la confiture ... Et après vous me direz que l'INRA n'est ni pour ni contre ...

Où est-ce qu'il y en a ?

Pour l'instant (en 2012), même si la technique est prête dans les laboratoires, elle n'est pas prête industriellement et elle est franchement rejettée même par l'INRA. Donc il n'y en a pas dans l'agriculture ou l'alimentation. Mais il faut se rappeler qu'il existe d'autres façons d'empêcher les fermiers de conserver leurs graines pour les ressemer (comme des semences) :

Quels risques y a-til ?

Tout d'abord, il faut bien préciser qu'a priori, une telle construction ne peut pas se propager puisque justement le grain est stérile ... C'est d'ailleurs un argument en faveur de Terminator que de répondre à la critique des OGM qui contaminent. Mais on voit aussi mieux que c'est à une fuite en avant qu'on s'expose avec les OGM. Et on voit aussi mieux que le but des semenciers est bien de « contrôler la chaîne alimentaire toute entière» (propos d'un semencier Robert Fraley (version cache) !). Et on voit bien que le but des sciences de la Vie est de se rendre comme maître et possesseur de la nature (Descartes) en controlant la stérilité. Les sciences de la Vie travaillent à la stérilité !

Un risque plus complexe serait que la constuciton ne foncionne pas bien et se dissémine dans la nature. Alors pour une raison indépendante de la volonté de qui que ce soit (stress thermique, ...), elle pourrait se réactiver et donc stériliser ces plantes ...

Et depuis lors, la recherche a du avancer, non ?

« il y a six ou sept ans, un brevet avait été déposé pour rendre les semences stériles. Et l'idée était d'empêcher le flux de pollen [faux]. Du coup, on réduisait les incertitudes à l'égard de l'environnement. Mais ce brevet, appelé "Terminator", a été rejeté [faux] , parce que justement il obligeait à l'achat régulier de semences. Il a fait l'objet d'une vive polémique et a été abandonné. Ceux qui l'ont promu n'avaient pas prévu ça pour obliger les agriculteurs à acheter des semences, mais pour limiter les flux de pollen. »
Guy Riba (INRA) Le Monde mercredi 28 septembre 2005

Eh bien oui ... Depuis, les chercheurs ont mis au point des construction génétiques (brevetées) qui permettent de restreindre l'accès à un trait génétique (une fonction biologique). Cela s'appelle des GURT (Genetically Use Restriction Technology). En gros, le semencier vend au fermier une semence. La semence est mise en terre et produit du grain en ayant une fonction biologique particulière (production d'insecticide ou résistance à un herbicide par exemple), le "trait". Mais si le fermier garde les graines, il devra encore payer le semencier pour conserver le trait. En payant il aura de la société semencière le produit chimique qu'il devra appliquer aux semences et qui rendra le trait pour une année.

 

>> entrée du répertoire Enjeux des OGM / Enjeux agricoles

> page d'accueil du site OGM dangers

> la page de notre moteur de recherches