Allergies

Qu'est-ce qu'une allergie ?

Une allergie est une réaction excessive du système immunitaire à une substance extérieure considérée comme ennemie. Le système immunitaire développe alors des mécanismes de "défense".

Une maladie auto-immune est une allergie à son propre corps.

On trouvera sur le site du CEA une page historique très intéressante.

Quelles sont les sources possibles de l'allergie ?

Il peut y en avoir deux :

Dans le premier cas, les causes peuvent être nombreuses : expositions à des substances chimiques, immunodépression (SIDA, maternité, âge, ...). Il est clair que plus notre société reposera sur des solutions hygiénistes, moins notre système immunitaire sera renforcé.

« L'alimentation est un pouvoir. Nous l'utilisons pour changer les
comportements.On pourrait qualifier cela de corruption. Nous ne nous excusons pas »
Catherine Bertini, directeur exécutif du programme World Food des Nations Unies à la conférence des femmes de Beijing (Sep. 1995)

Dans le second cas, les substances nouvelles sont le plus souvent des protéines exogènes (kiwi, arachide, quelques noix, ...), c'est à dire qui ne sont pas coutumières à notre alimentation. On pense d'ailleurs que l'exposition à trop de diversité d'aliments chez les enfants engendre un plus grand risque d'allergies.

Les moyens actuels [1] pour tester l'allergénicité (possibilité de susciter une réaction d'allergie) sont les études structurales (on regarde la forme de la molécule), celles du poids moléculaire (entre 10 et 70 kDalton), celles des comparaisons des séquences par rapport à celles connues, et la résistance à la température, aux acides et aux peptinases. Les scientifiques ont bien conscience que ce ne sont que des méthodes ultra rudimentaires, mais c'est tout ce dont on dispose.

Un exemple d'OGM source d'allergie ?

Des scientifiques avaient ainsi manipulé des plants de colza (ou canola pour CANada cOLzA) pour augmenter leur taux de cystéine et de méthionine en utilisant un gène de la noix du Brésil. Cet OGM semblait très prometteur. Il se trouve que la protéine produite était hautement allergénique. Cet OGM n'a été arrêté qu'in extremis [2] alors que l'entreprise allait le commercialiser, après avoir reçu l'accord de la Food and Drug Administration (FDA), l'organisme américain chargé des autorisations de médicaments et aliments nouveaux.
Il nous faut d'ailleurs signaler que les brésiliens peuvent très bien ne pas être allergiques à cette protéine car ils ont évolué avec leur environnement et cette plante leur est familière. Les promoteurs des OGM expliquent justement que cet exemple montre que la régulation fonctionne bien ... à condition de faire appel à eux, de leur transférer le pouvoir de décider ce que nous mangerons demain !

Un deuxième exemple : la papaye

Une papaye OGM résistante au virus du "ringspot" (en anglais) a été développée. Elel a même été présentée par des promoteurs des OGM comme le meilleur exemple d'OGM car il était destiné à permettre aux papayers de plusieurs pays de survivre car le virus décimait les arbres. Le papayer OGM a été autorisé par la FDA (en charge des aliments ou médicaments nouveaux aux EUA) et l'EPA (en charge de l'environnement aux EUA). Le gène qui assure la résistance est un gène d'une des protéines enveloppe du virus [3]. Du coup, le gène, par la protéine qu'il émet, empèche la réplication du virus. Tout pourrait être pour le mieux dans le meilleur des mondes possible si ...

On a pourtant montré que la protéine enveloppe, émise par le gène inséré contient une chaîne d'acides aminés identique à un allergène connu [4], ce qui est une raison suffisante pour examiner sérieusement cet OGM.

Le service US General Accounting Office (GAO) a pourtant affirmé [5] que :

« Les entreprises qui veulent soumettre de nouveaux aliments Modifiés Génétiquement pour une évaluation par la FDA doivent réaliser une batterie de tests pour obtenir des données de sécurité sur ces aliments, le degré de similarité entre les séquences d'acides aminés des nouvelles protéines introduites dans l'aliment MG et les séquences d'acides aminés des allergènes connus, les toxines, et anti-nutriments. »

Mais la papaye OGM a été dispensée d'examen ... contre l'avis de la FDA elle-même ! [6] Si donc on ne peut même pas avoir confiance dans les autorités qui pensent pour nous la nourriture que nous pourrions avoir le droit de manger ...

Quel rapport entre les allergies et les OGM ?

Le premier rapport est que si un OGM contient un gène faisant produire une protéine à laquelle nous ne sommes pas habitués, la probabilité que nous développions des allergies à cette protéine, et donc à ce produit allimentaire est non négligeable. Si ce produit n'est pas étiqueté, ca en devient catastrophique.

Le second rapport est que l'insertion d'un gène n'est pas précise. Donc l'insertion d'un gène peut en réactiver ou désactiver d'autres (Cf. notre page consacrée aux problème liés à l'insertion). Du coup, les protéines d'une plantes dans laquelle on aurait inséré, fût-ce un seul gène, et on en met plusieurs, sans compter les fois où l'on ne sait pas bien ce que l'on met ... peuvent être différentes. Si l'insertion d'un gène de Bt réactive un gène qui était désactivé depuis quelques milliers d'années, on ne peut vraiment pas garantir qu'il ne sera pas allergisant, voire que ce ne sera pas la séquence d'un virus dormant ... On tombe alors dans un scénario catastrophe.

Un troisième rapport est tiré de l'expérience. Retrouver la référence du mec qui a mesuré un doublement des taux d'allergie au soja entre 1999 et 2000 (environ). Relativiser car on ne peut pas être sûr que c'est dû aux OGM.

Références

[1] Nature 398, 22 avril 1999 p. 653
[2] Nordlee et al. Identification of a brazil nut allergen in transgenic soybeans New England J. of Med. 11, 334 (1996) 688
[3] Tennant P, Fermin G, Fitch M, Manshardt R, Slighton J and Gonsalves D. Papaya ringspot resistance of transgenic Rainbow and SunUp is affected by gene dosage, plant development, and coat protein homology. European Journal of Plant Pathology 2001, 107, 645-53.
[4] Kleter G and Peijnenburg A. Screening of transgenic proteins expressed in transgenic food crops for the presence of short amino acid sequences identical to potential, IgE-binding linear epitopes of allergens. BMC Structural Biology 2002, 2, 8-19.
[5] United States General Accounting Office Report to Congressional Requesters "Genetically Modified Foods" GAO-02-566 Mai 2002.
[6] Rules and Regulations. Coat protein of Papaya Ringspot Virus and the Genetic Material Necessary for its Production;Exemption From the Requirement of a Tolerance. Federal Register 22 août 1997 62, 44572-75.

 

>>> entrée du répertoire courant : Enjeux alimentaires des OGM

 

>> entrée du répertoire Enjeux des OGM

> page d'accueil du site OGM dangers

> la page de notre moteur de recherches